Dirty
Dirty The only thing I listen to is indie music. Always forget my earplugs before a show.

Beach House - Thank you Lucky Stars

Beach House - Thank you Lucky Stars

Bella Union (2015)

Après quelques écoutes, difficile de faire l’impasse sur cette belle surprise automnale que nous offre Beach House.

Déjà dix ans que le duo nous ballade dans une pop feutrée et onirique et si ces dernières années ils se sont fait plus rares, maintenant on sait pourquoi.

Loin d’être une suite de chutes de studio, ce Thank you Lucky Stars se révèle le parfait complément à Depression Cherry sorti deux mois auparavant, du coup ça ressemble à une cerise sur le gâteau, une nouvelle douceur sucrée à laquelle il est bien difficile de résister.

Entrer dans un disque Beach House n’est pas toujours aisé, tant leur musique a le pouvoir de ralentir le temps, mais une fois le rythme cardiaque synchronisé, à quoi bon accélérer la cadence ?

Dès les premières notes de Majorette, son petit riff pop ne vous lâche plus, un peu plus loin on esquisse à nouveau un sourire devant la candeur d’All your Yeahs.

Et ça enchaîne avec un One Thing pas si binaire, un morceau qui possède ce petit truc, ce je ne sais quoi qui fait que vous restez suspendu à la voix de Victoria Legrand, jusqu’au moment où la guitare Alex Scally vous envoie au ciel.

Des notes aiguës qui s’échappent à nouveau sur une éloge du vide de toute beauté, et qui confirment que Beach House n’a jamais autant maîtrisé son sujet et bon nombre de groupes n’arriveront jamais à aligner deux bons disques coup sur coup.

On réécoutera Depression Cherry au casque dans la foulée, pour mesurer l’ampleur du travail réalisé par les deux comparses et on se dit qu’on reviendra se lover dans leurs mélodies lancinantes au premier petit coup de blues.

Écouter de la musique, c’est aussi aimer prendre son temps, et à ce petit jeu Beach House est imbattable.

À nous les étoiles.