Dirty
Dirty The only thing I listen to is indie music. Always forget my earplugs before a show.

Grimes - Art Angels

Grimes - Art Angels

4AD (2015)

Trois ans après avoir partagé ses dernières visions, il semblerait que la frêle canadienne Claire Boucher ait toujours un pied ancré dans l’adolescence, tant elle déborde toujours autant d’énergie.

Grimes garde toujours en elle, cette innocence pure et nous fait partager son amour pour la culture nippone dans un univers électro parfumé à l’émo-pop. La rebellion s’amplifie et les guitares font une entrée timide sur certains morceaux comme sur l’imparable Kill V. Maim.

La jeune fille, qui fait de sa fragilité une force, nous invite à se réfugier avec elle dans un monde où tout est plus intense, où on célèbre la vie et le plaisir d’être ensemble, un feu d’artifice d’émotions hautes en couleur.

Une affirmation sans complexe d’une identité intelligemment construite. à l’instar de sa cousine M.I.A dont elle n’hésite pas à reprendre les rythmes tribaux et le phrasé sur Venus Fly.

Derrière ses instruments et sa voix d’enfant se dessinent des mélodies tour à tour entraînantes et hypnotisantes. La digital native touche à tout s’exprime avec une liberté manifeste, ne recule devant aucune expérience sonore ou visuelle pour le plaisir de nos yeux et de nos oreilles. La production est d’ailleurs bien foutue, et n’a rien à envier à celle de Health par exemple.

La machine @actuallygrimes déploie ses ailes et prend son envol, l’art de cet ange est prêt à être célébré par toute une génération qui rêve d’un nouveau pays des merveilles, Welcome to Realiti affirme Grimes, en prédicatrice. Au final, le papillon virevolte et disparait dans les airs au doux son d’une trance psychédélique.

Si vous êtes hermétiques à la sensibilité remixée du 21e siècle — après tout, on est pas obligé d’aimer la musique inspirée des jeux vidéos de World Princess part II — vous pouvez toujours vous évader dans le tout aussi émouvant classique fantasque et baroque de son aînée Joanna Newsom, pour les plus branchés, il faudra attendre le prochain Sky Ferreira.

Girl power qu’on vous dit.