Dirty
Dirty The only thing I listen to is indie music. Always forget my earplugs before a show.

Sufjan Stevens - Carrie and Lowell

Sufjan Stevens - Carrie and Lowell

Asthmatic Kitty Records (2015)

Le petit prodige revient avec un album intime en hommage à ses parents. Suite au décès de sa mère, Sufjan Stevens replonge dans son enfance et porte un regard lucide sur son passé et la vie en général.

À l’instar de cet extrait, où il est question de non-dit mais aussi d’espoir, les souvenirs et la nostalgie contrastent avec le bonheur du moment présent. Ainsi sur le très beau Fourth of July, le refrain nous rappelle que si nous mourrons tous un jour, nous ne devons pas oublier de profiter de la vie.

Sufjan Stevens a le don pour créer des ambiances dotées de cette musicalité très douce de circonstance, où les mélodies de sa voix répondent à celle des guitares acoustiques ou à quelques notes de synthétiseurs. Ce minimalisme est avec la sincérité et donc l’empathie qu’on peut éprouver à son écoute, l’autre grand atout de ce disque, futur classique de la pop indépendante américaine à n’en pas douter. Ça calme dans tous les sens du terme et ça fait un bien fou.