Dirty
Dirty The only thing I listen to is indie music. Always forget my earplugs before a show.

The White Birch - The Weight of Spring

The White Birch - The Weight of Spring

Glitterhouse (2015)

Après dix années à écrire des musiques de film, le compositeur norvégien réussit un retour inespéré.

À la première écoute, on pourrait se demander pourquoi The White Birch tire son nom du mythique album de slowcore de Codeine.

Pourtant comme celui de ses ainés, ce disque a le pouvoir de suspendre le temps. Au moins pendant une heure, pour peu qu’on veuille lui consacrer une écoute attentive et se laisser bercer par les mélodies et la voix délicate du maestro. On nage en plein mélodrame, dès les premières notes de New-York une torpeur s’empare de vous et ne vous quitte plus jusqu’à la fin de Spring.

Ola Fløttum signe ici sa meilleure bande originale, de celles qui vous accompagne tout une vie.