Dirty
Dirty The only thing I listen to is indie music. Always forget my earplugs before a show.

dDamage - Fat Rules

dDamage - Fat Rules

Noisey (2016)

On sait depuis longtemps que la démence de façade des frères Hanak n’est qu’une vaine posture, qui tente de dissimuler une hyperactivité frénétique et une passion sans faille pour la musique en tout genre.

Les touche à tout nous aurons amené un peu partout depuis plus de quinze ans, multipliant les collaborations et les projets tous plus fous les uns que les autres (de Roi Heenok à Cobra comme le rappelle la belle pochette de Lace & Russe). Et c’est cette surprise sans cesse renouvelée qui fait que ces nouveaux morceaux lâchés en pâture à Noisey, bien content d’avoir l’exclu, sont une excellente nouvelle.

Les deux savants fous parviennent à maîtriser leur colère le temps de ces quelques morceaux, se débarrassent du superflu et de l’attitude pour mieux se concentrer sur ce qu’ils font de mieux triturer des sons et des beats pour nous emmener dans leur univers peuplé de robots et de Big Boss à terminer à coup de combos fatals, qui côtoient désormais des geishas muettes et des paysages urbains où le temps s’est arrêté.

Elle est belle cette substantifique moelle d’une electro tapageuse, étonnamment posée, à l’opposé de leurs prestations scéniques furibondes, qui auront contribué à une joyeuse surdité, mais qui restent parmi les performances les plus marquantes qu’il m’ait été donné de voir. Fred et JB sont d’une générosité immense et telles des hydres bicéphales, ils continuent de repousser les limites de leur art et reviennent sans cesse sur leur ouvrage.

Le résumé honnête somme toute d’un parcours hors norme, stricto senso. Les rois de la performance et de l’exhibitionnisme sonore lorgnent de plus en plus vers l’intime, à quoi bon singer ce qu’ils ont déjà parfaitement exécuté auparavant ?

Il ne reste plus qu’à espérer que le prochain Ghost in The Shell soit mis en musique par dDamage, dont la musique onirique futuriste serait le parfait habillage sonore.En attendant on se délectera de leur son à outrance, comme un junkie accroc à sa dope.

Vivement le grand shoot sur scène et merci pour ce beau cadeau messieurs.