Dirty
Dirty The only thing I listen to is indie music. Always forget my earplugs before a show.

Owen - The King of Whys

Owen - The King of Whys

Polyvinyl (2016)

Très belle surprise que ce nouvel album d’Owen, le projet solo de Mike Kinsella, à qui la maturité sied à merveille. Enregistré à Eau Claire, avec l’aide d’un comparse de Justin Vernon, aka Bon Iver, on replonge la tête la première dans cette atmosphère déliquescente et si cathartique.Empty bottle pose le décor : Kinsella est là pour aborder des sujets sensibles, difficiles que les guitares et les percussions viennent magnifier. La production de S. Carey est limpide et se déverse brillamment au fil des chansons.

On communie avec la vulnérabilité et la force du songwriter d’American Football. La décharge émotionnelle est peut-être libératrice pour l’auteur, l’auditeur lui repart avec plus de questions…mais c’est pas grave, c’était un beau moment. Le final est de toute beauté. Le sommeil n’est peut être qu’un mythe, on a beau se sentir un peu perdus parfois dans notre existence, on sait qu’on est pas tous seuls, et que les chansons d’Owen seront là pour nous quand nous aurons besoin de cette décharge émotionnelle libératrice.

Une expérience contemplative, qui vous fera économiser une séance de psy, c’est toujours ça de gagner.