Dirty
Dirty The only thing I listen to is indie music. Always forget my earplugs before a show.

Planes Mistaken for Stars - Prey

Planes Mistaken for Stars - Prey

Deathwish Inc. (2016)

20 ans après leurs débuts, 10 ans après leur dernier album et un rabibochage, un énième groupe de darons revient nous rappeler que le hardcore mélodique ça conserve, que la scène est plus vivante que jamais.

Ça démarre avec un morceau joyeusement bordélique et dément pour enchaîner avec une ambiance plus sombre et plus lourde, dans laquelle Quicksand aimait tant à nous plonger. On est loin de l’émocore de Walter Schreifels, mais ça nous parle ce bruit bien carré. Si vous êtes Straight Edge vous n’avez aucune excuse et toutes vos neurones pour apprécier le travail de ces adulescents, toujours en tee-shirts et chemises à carreaux, qui s’en donnent toujours à cœur joie sur scène. Le chant tour à tour parlé et éraillé se fond dans un mur de saturation et confère une atmosphère peu commune à l’ensemble, un peu comme si Wu-Lyf s’invitait sur un album de Paw.

Non décidément, cette voix qui sort subrepticement de sa tanière sur Black Rabbit et qui va crescendo sur Enemy Blinds n’est pas commune.

Prey n’est peut-être pas un grand disque, mais il a le mérite d’être un disque honnête et par les temps qui courent, c’est assez rare pour être souligné.