X
X Fils de Satan.

40 Watt Sun - Wider than the sky

40 Watt Sun - Wider than the sky

Radiance rec, Svart rec (2016)

OK, celui-là n’est pas vraiment une nouveauté, mais mettre la main sur ce disque ne fut pas une sinécure.

C’est enfin chose faite, du coup il méritait bien sa petite chro. Et l’attente est largement récompensée tant le résultat est juste incroyable !40 Watt Sun, est né sur les cendres de Warning, groupe de doom anglais mené par le chanteur Patrick Walker, responsable de l’indispensable Watching From A Distance (2006). Un disque de Doom atypique, pas franchement traditionnel, mais pas non plus nouvelle école. Mais d’une beauté et d’une mélancolie exacerbée. Bref un disque indispensable. Puis le split. La messe était dite.2011: Walker et Christian Leitch reviennent avec 40WS et reprennent sensiblement les choses là ou ils les avaient laissé avec The Inside Room. On peut ressortir nos mouchoirs. Et en novembre 2016 sort ce Wider Than The Sky plein de surprises.Exit les guitares saturées, désormais tout sera basé sur l’émotion et la retenue. Rien d’autre. La base Doom est pourtant toujours palpable : le riffing, la lenteur. Mais la musique se veut plus aérienne, les titres toujours très longs — Stages — respirent plus. La voix de Walker est plus émotionnelle que jamais, et laisse presque entrevoir de l’espoir, à l’image de la magnifique pochette, avec ses oiseaux s’extirpant des nuages. On se rapproche désormais de la sensibilité d’un Low ou d’un Karate (pour la prod, période Unsolved, sans le coté jazzy/math rock hein), même si ces comparaisons semblent incongrues, il est clair que 40WS a dépassé le simple cadre du Doom traditionnel.Les morceaux de bravoure s’enchainent (Beyond You, Pictures, Another Room), le rythme cardiaque ralenti, et les larmes commencent à monter. La voix de Walker nous envahie. C’est beau. Point Barre. Un dernier mot sur la production : elle est juste parfaite — les esthètes apprécieront celle de la batterie. Et si avec tout ça vous doutez encore, c’est que cette chronique est loupée.  Lamartine serait encore de ce monde, sûr qu’il écouterait Wider Than The Sky sur son rocher.