Dirty
Dirty The only thing I listen to is indie music. Always forget my earplugs before a show.

IDLES - Brutalism

IDLES - Brutalism

Bailey Records (2017)

IDLES est un groupe aux influences post punk tout fraîchement débarqué du Royaume-uni.

Originaires de Bristol, les petits comiques expliquent avoir travaillé leur son lors des multiples concerts avant de nous livrer ce premier album qui n’en veut. Pas si oisifs que ça donc les mecs.Au moins vous ne risquez pas de vous endormir comme sur le dernier Eagulls, l’énergie est là, y’a un côté potache totalement assumé, voire exagéré, le tout porté par un front-man, Jon Talbot, qui voudrait nous faire croire qu’il est aussi remonté que Jello Biafra. On nous la fait pas.Des paroles incisives, un phrasé compulsif et des guitares bien noisy qui s’inscrivent dans la ligne directe des excellentissimes forfaits perpétrés par leurs cousins gallois de McLusky et Future of the Left. Ils empruntent au passage à Art Brut un peu de cet humour so British.Sur scène, même vêtu d’un slip ou d’une robe, ça joue, ça fait du bruit,  pendant que le chanteur, bon enfant, pogote dans le public.Mother nous crache à la figure la misère sociale anglaise pour ponctuer le tout d’un très succinct Motherfucker, un bon résumé de la luttes des classes. Les guitares en fond et le batteur ne chôment jamais, la fameuse cadence ouvrière britannique est toujours au rendez-vous. La section rythmique saccade tout sur son passage, les lignes de basses sont aussi rondes que les anglaises et bien plus rapides que celles d’Artic Monkeys. Le batteur ne s’embarrasse pas de bonnes manières et cogne frénétiquement avec la régularité d’un métronome. Le terreau idéal pour que Talbot s’en donne à cœur joie pour vociférer ses sarcasmes.Les morceaux les plus lents nous rappelleraient presque les irremplaçables Jesus Lizard. Alors oui, IDLES ne réinvente pas le genre et les comparer à ces groupes cultes pourraient passer pour une injure aux yeux des puristes, mais le tout reste suffisamment bien ficelé pour qu’on vous en cause vite fait ici.

Et si vous êtes aussi ronds que les bretons, vous pourrez aller les voir en double à la Route du Rock.