Dirty
Dirty The only thing I listen to is indie music. Always forget my earplugs before a show.

Superchunk - What a Time to Be Alive

Superchunk -  What a Time to Be Alive

Merge (2018)

Il serait temps que le groupe de Chapell Hill soit reconnu à sa juste valeur.

Déjà trente ans que Mac et Laura font partie intégrante du paysage de la scène rock indé US à laquelle ils ont largement contribué, que ce soit avec l’empreinte musicale qu’ils ont laissé à travers les dix albums précédents de Superchunk ou via les groupes qu’ils ont propulsé sur le devant de cette scène via leur label Merge Records (Arcade Fire, Neutral Milk Hotel pour ne citer qu’eux).

À l’instar d’autres groupes incontournables comme Pavement, Dinosaur Jr ou Polvo, cette décennie marque le retour des groupes qui ont forgé le son du rock des 90′s. Et force est de constater que comme leurs contemporains, les quatre amis envoient toujours autant, aussi bien huilés qu’une horloge.

Ce disque a au moins le mérite de prouver qu’il n’y a pas d’âge pour avoir la hargne. En effet dès l’intro on comprend que l’énergie qui anime nos vénérables anciens et les mélodies immédiatement apprivoisées qu’ils scandent à qui veut bien l’entendre vont tout balayer tout sur leur passage. Si c’est encore trop gentil pour vous, vous pourrez toujours vous rabattre sur les albums de Napalm Death qui cartonnent plus que jamais.

Des morceaux courts et efficaces donc, des riffs bien envoyés, ça pousse des grands yeah! pendant les chorus. Que demande le peuple ? C’est tout frais du matin pêché, la voix du grand Mac invective et jamais ne se brise, même sur l’hymne pop Erasure enregistré avec Waxahatchee une des dernières signatures du label.

En ces temps tourmentés, cet album vous entraîne au merveilleux pays des Fender saturées à souhait et des grands coups de toms qui vous font battre la chamade. Ça redonne la pêche et ça fait bigrement du bien, bordel.

Après trente minutes de super morceaux on se dit que Superchunk n’a jamais aussi bien porté son nom.

Alors c’est qui les patrons ?

Écouter sur Spotify / sur Bandcamp